Celle qui fait le bilan

Dans une 6 petits jours nous serons dans le train pour retrouver ma ville adorée, ma maison de vacances d’enfance.

Mais cette année, cette semaine sera particulière.

Cette année j’y vais avec des sentiments contradictoires.

Une envie immense de revoir mon grand-père, comme à chaque fois, de retrouver mes habitudes, mes repères, chaque petite chose qui évoque en moi le souvenir de mes vacances heureuses avec eux.

Et une peur panique à l’idée de les entendre parler de ma cousine adorée…enceinte. Je les ai eu au téléphone, ils n’ont eu qu’à prononcer le mot et j’étais anéantie. Je n’arrive pas moi-même à comprendre ce qui m’anime: j’adore ma cousine depuis toujours, je suis sincèrement heureuse pour cette grossesse mais la douleur prend le dessus.

Est ce que ce sont les circonstances particulières de son état qui me font penser que la vie est injuste?

Elle n’a pas voulu ce bébé, connaissait le papa depuis seulement quelques mois, n’a pas fini ses courtes études, a seulement 21 ans, et elle est malade. Une maladie génétique qui aurait pu provoquer un IMG, car la probabilité que son bébé l’ait eu était immense. Une maladie qui empire pendant la grossesse, qui la clouera certainement dans un fauteuil dans quelques temps, qui l’empêche de se lever la nuit, ou d’avoir un travail normal.

Est ce parce que je suis inquiète pour elle? C’est certain, je ne voudrais pas que son état empire. Est ce parce que je suis inquiète pour le bébé? Bien entendu; qui se lèvera la nuit puisqu’elle en est incapable? Le papa ne fera t’il pas comme beaucoup de jeunes hommes qui prennent la fuite? Et ce bébé qui n’a rien demandé, ce futur petit garçon adorable, aura t’il une maman à la hauteur, une maman comme je pourrais l’être un jour ?

Je me sens tellement coupable de ressentir tout ça, je l’aime si fort ma cousine.

Et de sentiment de culpabilité il y en a encore. Il y a ce que je ressens vis à vis de mon grand père adoré. La peur de ne plus être aimée aussi fort parce que moi je suis incapable de lui donner un arrière petit enfant. Comment puis je me poser des questions sur ses sentiments alors que c’est de l’avenir d’un bébé, de celui de ma cousine dont on parle ?

Y aurait il un rapport avec ma mère, qui m’a privé de mon grand père pendant toutes ses années, et qui à son tour, m’a privé de son amour maternel..

C’est au moment de faire le bilan que suis paniquée.

On tire un trait sur les IAC, les 6 puisque nous sommes allées jusqu’au bout. On boucle les 2 ans d’essai, les 20 mois de PMA avec ma gynéco adorée, et on se lance dans la FIV.

Je suis totalement flippée à l’idée de penser qu’il ne nous reste « que » ces FIV. Et si ça ne marchait jamais? Si on était de ceux qui restent pour toujours sur le quai? Et si, malgré toute la confiance que nous avons placé en elle, ma très chère gynéco n’était pas aussi bien que ça? Et si le centre de fertilité auquel elle est rattaché n’était pas si ben classé que ça (zut, je n’aurais pas dû lire tous ces articles…)?

Et, en même temps, j’ai tellement hâte de recommencer tout ce cirque. Ce mois de vacances me paraît si long.

Nous savons que nous irons jusqu’au bout de tout, que nous sommes deux super battants avec mon amoureux et que nous ne baisserons jamais les bras. Mais la nature, elle en dit quoi de notre caractère si dur?

Nous ne versons pas de larmes sur ces 2 années, comme je ne veux plus en verser sur ma mère, non, nous avons fait un bout de chemin déjà. Il faut tourner les pages, oublier. Nous savons que ce que nous offre la science, sous le visage adorable de Mme ma gynéco, c’est plein de chances pour se rapprocher de notre idéal: s’envoler sur nos chevaux de manège (ou quitter le quai autrement dit!).

Alors, en attendant, on tourbillonne dans notre carrousel, on monte et on descend sur nos chevaux, comme peuvent le faire nos émotions, et on espère, on attend.

On croise pour toutes celles et ceux qui sont comme nous, pour ceux qui sont déjà dans le train, ceux qui viennent juste d’embarquer, qui m’ont tellement touchée (Bounty, Zelda, Biquette) et je remercie profondément ce petit monde tout nouveau pour moi, mais qui est un puit d’espérances !!

 

Publicités

9 réflexions au sujet de « Celle qui fait le bilan »

  1. Gros mélange de sentiment… Tu es à l’aube de tenter une nouvelle voie pour avoir ce bébé tant attendu, alors forcément ça remue beaucoup… Pour ta cousine, ne t’en fait pas, elle s’adaptera, elle sera capable, et elle va craindre le regard des autres qui pourrait la juger mauvaise mère. Elle aura besoin de soutien dans ce choix. Et le pire aurait été que d’une son handicap la condamne en plus à la solitude et la non maternité la plus totale, qu’elle ne puisse jamais avoir d’enfant. Cela aurait été si injuste. Il n’y a pas que les personnes bien portantes et bien dans leur vie qui ont droit au bonheur… ce serait double voire triple ou plus peine pour eux… on ne choisit pas grand chose dans la vie (le « quand on veut on peut » n’est pas si vrai… et qu’est ce qu’on est bien placé en pma pour le savoir…). Ce bonheur tu le souhaites fort pour toi, pour elle, pour tous ! Mais évidemment, voir ses proches enfanter « facilement » alors que toi tu restes sur le quai, abasourdie, terrorisée, et pleine de peurs, c’est immensément injuste. Et dans ce contexte, c’est impossible de se réjouir pour qui que ce soit, hormis ceux qui nous épaulent dans cette épreuve (en tout cas de mon côte cela fonctionnait ainsi). L’important est de te concentrer sur ces vacances, que tu te ressources, que vous attaquiez la rentrée pmesque à fond, et que tout se déroule au mieux ! Vous avez mener deux années bien longues et difficiles, là, demain, c’est une nouvelle forme de chance qui j’espère fort sera celle qui fonctionnera pour vous qui arrive ! Des bises

    J'aime

  2. Je découvre ton blog. Je me souviens très bien de cette période après mon 6eme yack. Le passage en fiv, à la fois porteur d’espoir et découverte d’une pression énorme. Et si même ça, ça ne marchait pas… On passe un palier, il ne reste « plus que ça »…
    En tout cas j’espère que cette prochaine étape marchera aussi bien pour toi que pour moi. 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s