Celle avec plein d’histoires en retard

Il ne vous aura pas échappé qu’entre mon accouchement surprise à 31 SA, le mariage 15 jours plus tard et les 5 semaines passées à faire des aller-retours en néonat, je n’ai pas vraiment pris le temps de vous raconter.

Et pourtant, que d’histoires « drôles »! Allez! Hop! Les 3 pépites, que je vous ai sélectionnées, de ces 5 semaines entre le grand CHU du KB et la néonat de St Jo.

  1. Comment mettre des bâtons dans les roues à celle qui était en galère avec son lait…

Je sais pas si vous êtes au courant mais pour pouvoir donner son propre lait à son bébé et ben il faut avoir pratiqué un tas d’examen sur celui-ci et sur la gentille donneuse. Moi qui pensais bêtement que le lait de la mère était toujours ce qu’il y avait de meilleur pour le bébé…

  • J+1 post ponte au KB… Je commence avec ma meilleure amie la tireuse à double pompage, on me dit en réa/néonat qu’ils attendent les résultats de ma prise de sang pour pouvoir donner mon lait à Zlatan (dommage c’est le colostrum, j’avais cru comprendre que c’était le meilleur).
  • J+2. Je demande à la sage femme de mon étage s’ils ont eu les résultats de ma prise de sang pour que je les apporte en réa « Madame aujourd’hui c’est dimanche et on vous a prélevé jeudi soir à l’arrivée, il faut attendre demain ». Ok.
  • J+3, jour de ma sortie. Je retourne embêter une énième sage femme pour les résultats étant donné qu’après je quitte le service « C’est bizarre mais on ne les a toujours pas ». Ok je reviendrai demain.
  • J+4, on a traversé tout Paris pour venir voir notre Zlatan quelques heures.      Avant de monter voir mon fils en réa, je passe en suites de couches, je pose la même question et là, surprise: « Ah ben Madame, en fait on ne vous a pas prélevée pour cette recherche là, attendez je vais vous trouver quelqu’un pour le faire tout de suite »… Et me voilà redescendue pour une prise de sang au labo de l’hôpital, un poil désapointée. Je remonte essoufflée en réa, j’explique tout aux puéricultrices de mon fils parce que je veux bien qu’elles comprennent que c’est leur organisation pourrie qui est en cause et pas mon magnifique lait si précieux; et là, nouvelle déconvenue: « Ah mais Madame ce résultat là on n’en a pas besoin en fait, c’est pour les mamans asiatiques ou africaines seulement! ».

Merveilleux! Une prise de sang gratuite, j’avais pas assez de trous dans le bras. En plus à tous les coups ils ont jeté le fruit de mon dur labeur de 4 jours à la poubelle!

2.   Comment transformer le baby blues en dépression post natale…

Moi qui n’ai pas la larme facile, je me suis vite rendue compte que les hormones ça remet en cause toutes tes certitudes…

Je ne m’attendais pas à une déferlante de larmes aussi brutale après l’accouchement, mais ce qui m’a achevé c’est ces deux énergumènes.

  • La première, une mégère du KB, qui bosse à l’administration.

J+1 post ponte, je suis seule dans ma chambre, en suite de couches, et je reçois un coup de fil de la mégère qui me dit que je dois venir régler ma chambre particulière et remplir une demande pour celle-ci. Je lui explique que c’est la gentille sage-femme qui m’a accouchée qui a pris le parti de faire une demande pour moi, car n’ayant pas mon bébé dans ma chambre, elle a souhaité me « préserver ». Elle ne veut rien entendre, me dit que ça ne se passe pas comme ça et que c’est la mère qui doit faire la demande. J’ai répondu que je n’irai pas faire la demande et que je ne réglerai pas le supplément pour la chambre particulière (petite vengeance perso!).

Le lundi j’ai envoyé mon mari faire les papiers à ma place de peur de la croiser à l’administration.

  • La deuxième, une photographe très zélée.

J+2 post ponte, je suis toujours seule dans ma chambre, mon fils étant dans sa grande boîte en plastique relié à ses tubes deux étages plus bas, et une gentille Dame rentre dans la chambre avec son appareil photo. Je comprends tout de suite l’affaire mais pas elle. Ne voyant pas de berceau dans la chambre, elle me demande quand même si elle peut me prendre en photo avec mon bébé…à ma tête elle a du réaliser sa bourde et elle est repartie comme elle était venue.

Bon, ok, elle ne pouvait pas savoir mais boréal il n’ont pas un listing avec les noms/antécédents des patientes de chaque chambre??

Je dois vous avouer que mon plus beau cadeau post ponte, ce fût la jolie boîte de Kleenex offerte par une amie. Je l’ai traînée avec moi comme un doudou non stop pendant 10 jours!

3. Comment mettre ton périnée à rude épreuve quelques semaines après la ponte

Ma plus grosse crise de rire me fût offerte par un jeune (saisonnier?) à l’administration de St Jo cette fois, je vous laisse juges…

Moi: « Bonjour, je viens faire les papiers de sortie de mon fils. »

Lui: « Bonjour Madame, votre fils est sorti aujourd’hui? »

Moi: « Non, enfin oui, je vais le récupérer dès que j’ai fini les papiers avec vous. »

Lui (après des blabla sur la Sécu et la mutuelle et avoir vérifié mon identité): « Je vais vous faire un bulletin d’hospitalisation, je vous en imprime 3 comme ça il y en a un pour vous, un pour la CPAM si besoin, et un pour son employeur…ah, mais peut être qu’il ne travaille pas encore votre fils? »

Moi (après un petit rire dans ma tête et m’être demandée s’il savait lire ou s’il avait l’alzheimer parce que 1 minute avant il m’avait demandé sa date de naissance): « Non, mon fils était en néonatalogie, il ne travaille pas! »

Lui (le plus sérieusement du monde): « Très bien, pour le règlement, est ce que votre fils avait une chambre particulière? »

Moi (sentant le fou rire arriver): « Non, je vous l’ai dit, il est en néonat, il n’y a pas de chambre particulière là haut! »

Lui: « Ah et est ce qu’il avait pris la télé ou le téléphone? »

Moi (sentant que je vais me faire pipi dessus parce que mon périnée ne va pas tenir le coup de me retenir plus longtemps): « Non, il n’a pas souhaité les prendre. »

C’est VERIDIQUE, en repartant je l’ai remercié (dans ma tête pour ce moment de grâce), et j’ai imaginé mon bébé de 39cm et 1,6kg dans sa couveuse, au téléphone, les doigts de pieds en éventail devant la télé…

Publicités

14 réflexions au sujet de « Celle avec plein d’histoires en retard »

    1. Franchement on aurait cru qu’il avait 12 ans…M’enfin c’était un petit marrant! Oui pour le lait c’était vraiment tout un parcours (encore) pour pouvoir nourrir mon fils! Déjà que c’était compliqué de tirer mon lait et que j’en avais pas beaucoup…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s